At the edge of dreams 

Une vision onirique, une traversée prenant  ses sources dans la littérature et le romantisme classique.
C’est en partant de l’Odyssée d’Homère qui relate la rancune de Poseidon contre Ulysse que s’inscrit ce travail, tout au long du poème Ulysse erre pendant dix ans sur les rivages de la Méditerranée, on le contraindra  à l’attente d’un retour sans cesse retardé par de nouveaux obstacles, d’aventures et d’épreuves. Homère impose la métaphore liée à la navigation en comparant le déroulement de l’acte poétique à celui du voyage en mer, cette analogie décrit aussi l’expérience du monde. Il utilise la technique des retours en arrière, des récits dans le récit, du flux et du reflux nous renvoyant inexorablement à l’immobilité du destin avec un côté comique à apprendre et un autre  tragique à assumer.
Dans cette vision spécifique du monde, les éléments narratifs choisis sont ces jeux de regards à deux facettes. Au lieu de nous plonger dans une magnificence des exploits d’un héros, en épiloguant sur ses aventures, ses rencontres et ses ruses pour déjouer les forces adverses, c’est en prenant le parti pris des moments d’inertie, de calme avant la tempête que cette série s’inscrit. Dans les moments de replis, le temps s’immobilise et l’intimité intérieure construit la quête du retour.La pensée prend ainsi le pas sur l’attente est fait surgir une mélancolie familière grâce à l’immobilité des Dieux.
Un départ ou un retour, tout se complique, un voyage en suspension afin de ne pas perdre sa clarté.

+ Sabrina Ambre Biller